Vous êtes ici : AccueilFiltrer les éléments par date : mars 2018

La Ministre Mariatou KONE  était lundi soir à la Policlinique Sainte Anne Marie (PISAM) de Cocody pour apporter le soutien du Gouvernement à Madame Fanta Diakité, âgée de 43 ans qui  a accouchée lundi à la suite d’une intervention chirurgicale, des quadruplés.

 

La Ministre  Mariatou Koné, animée d’un « sentiment de joie » s’est dite « très heureuse » qu’à travers l’opération la vie de la maman et des quatre enfants prématurés aient été sauvées.  

Il s’agit d’un élan de solidarité, a-t-elle fait savoir, rappelant que le président de la République, son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA  a instruit son département par rapport aux droits des femmes, afin qu’aucune femme ne perde la vie en accouchant et cela est « un exemple concret ».

 

L’opération a nécessité une césarienne. Elle a réuni une équipe de trois gynécologues, deux pédiatres, deux anesthésistes et quatre sages-femmes qui ont réussi à faire face à une hyper pression sur l’abdomen qui a fait que la mère n’arrivait pas à respirer spontanément.

« C’est une famille modeste qui n’aurait pas pu payer les frais et imaginez ce qui allait se passer. Mais l’Etat de Côte d’Ivoire a pris en charge tous les frais pour l’accouchement, pour les enfants prématurés », a indiqué le Professeur  Mariatou Koné.

Elle a souligné qu’il s’agit d’« une prise en charge totale », avant d’ajouter que cette « prise en charge a coûté au moins 12 millions de F Cfa notamment pour la césarienne et le temps de couveuse » des quatre prématurés d’un peu plus de 7 mois dont les poids varient de «1,5 Kg, 1,7 Kg, 1,8 Kg et 1,9 Kg ».

 

La mère a rapporté qu’elle allait « très bien » mais était « un peu fatiguée ».  Elle avait à son chevet son époux, Moussa Diallo (55 ans), un artiste sculpteur, qui voit sa femme accoucher pour la seconde fois après 23 ans.

Le cinquantenaire qui a déjà une fille de 23 ans avec son épouse, a remercié le gouvernement, le chef de l’État  et la Ministre Mariatou KONE  pour cette action en sa faveur. 

 

Publié dans Actualité

Quelques jours après le célébration de la 41 ème édition de la journée internationale des droits des femmes, une forte délégation ivoirienne conduite par la Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité séjourne aux Etats Unis d’Amérique,  dans le cadre de la soixante deuxième session de la Commission de la Condition de la Femme (CSW 62) qui se tient au  siège des Nations Unies à New York.

 

Elle est composée de Responsables du Ministère en charge de la Femme, de Ministères Techniques, de Parlementaires et de représentants de la société civile impliqués dans les actions d’égalité des sexes, d’autonomisation des femmes, les questions de développement durable et la  lutte contre les violences à l’égard des femmes.

 

La CSW 62 a ouvert ses portes ce lundi 12 Mars et prendra fin le 24 Mars prochain.

 

 

Créée par la Résolution 11 du Conseil des Nations Unies en date du 21 juin 1946, la Commission de la Condition de la Femme des Nations Unies (CSW) est le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. Ainsi, chaque année, se tient à New York, la session annuelle de la Commission de la Condition de la Femme.

 

Ce rendez-vous annuel est l’occasion pour la communauté internationale d’évaluer les progrès réalisés et les écarts à relever dans la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.

Pour  Cette année, le thème prioritaire retenu pour cette 62ème session qui se tiendra du 12 au 23 mars prochain est ainsi libellé : « Problèmes à régler et possibilités à exploiter pour parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural.

A l’instar des autres pays, la Cote d’ Ivoire sera représentée à cette tribune par une délégation de cinquante personnes issues des Institutions de la République, des ministères techniques et de la société civile conduite par madame le ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité.   

En liaison avec le thème prioritaire, la participation de la délégation ivoirienne sera marquée par un panel sur le thème : « Professionnalisation des filières karité et manioc pour une agriculture résiliente face aux changements climatiques: Enjeux, défis et perspectives pour l’autonomisation des femmes et jeunes filles rurales » 

La professionnalisation de ces deux filières qui sont quasi exclusivement tenues par des femmes constitue une réponse au chômage des jeunes, un fort potentiel pour l’autonomisation de la femme et une belle transition pour passer de l’agriculture artisanale à l’agro-industrie pour notre pays.

La participation à la 62éme session de  la Commission sur la  Condition de la Femme des Nations Unies (CSW) vise à faire l’évaluation de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.

Il s’agit de manière spécifique  de faire l’état des lieux de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural dans les pays; de présenter les acquis en la matière ; de  présenter les défis et perspectives ; de tirer profit des expériences des autres pays.

Plusieurs résultats sont attendus  à l’issue de cette session

Au cours de la session de cette année, certains thèmes seront débattus, d’autres évalués tel que« la participation et l’accès des femmes aux médias et aux technologies de l’information et des communications, les incidences de ceux-ci et leur intérêt pour la promotion et l’autonomisation des femmes ».

Ainsi que plusieurs activités parallèles notamment des conférences et panels organisés par diverses organisations et pays dont celui de la Côte d’Ivoire.

Les travaux se dérouleront  en fonction des procédures fixées par les  

Résolutions 2006/9 et 2009/15 du Conseil économique et social, des Nations Unies. 

lors de chaque session, la Commission  tient un débat général sur la situation concernant l'égalité des sexes, et identifie les objectifs atteints, les lacunes constatées et les défis à relever pour ce qui est de la mise en œuvre des engagements clés ; se concentre sur un thème prioritaire s’inspirant de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing et des textes issus de la vingt-troisième session extraordinaire de l’Assemblée générale ; organise une table ronde de haut niveau en vue de mettre en commun les expériences vécues, les enseignements tirés et les pratiques ayant fait leurs preuves s'agissant du thème prioritaire ; évalue les progrès réalisés au niveau de la mise en œuvre des conclusions concertées d'une session précédente ; convoque des groupes de discussion interactifs sur les moyens et les initiatives permettant d'accélérer la mise en œuvre des engagements pris précédemment et de renforcer les capacités concernant l’intégration d’une perspective de genre dans tous les programmes et politiques adoptés ; discute des nouvelles questions ayant des incidences sur l'égalité des sexes etc. 

Des représentants des États membres, des entités des Nations Unies et des organisations non gouvernementales accréditées par les Nations Unies de toutes les régions du monde sont les principaux participants. 

La commission de la condition féminine (CSW) est une commission fonctionnelle du conseil économique et social (résolution 11).il s’agit du principal organe intergouvernemental à l’échelle mondiale dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et a l’autonomisation des femmes. Chaque session annuelle de la CSW se consacre à un thème spécifique pertinent au regard des questions structurelles et émergentes relatives au genre et à la condition féminine dans le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualité

A l’instar des festivités  éclatées prévues sur l’ensemble du territoire ivoirien, la commune de Cocody (jardins de l’EDEN Golf Hôtel) va accueillir le 08 mars prochain, la célébration officielle de  la journée internationale de la femme autour du thème « Inclusion financière et autonomisation de la femme et de la jeune  fille en milieu rural ». 

Les équipes du Ministère en charge de la promotion de la femme conjointement avec le cabinet de la Première Dame de Côte d’Ivoire et Marraine de la JIF, Dominique Ouattara s’attèlent à finaliser les derniers réglages. Au menu cette édition, des rencontres  d’échanges, un défilé, des remises de chèques et de matériels  aux femmes issues de milieu rural. 

Au delà  de l’aspect festif de cette célébration, l’accent a été également mis pour cette édition sur la réflexion. A cet effet, un panel a réuni le jeudi 1 mars dernier, des structures financières, des partenaires et acteurs de l’autonomisation de la femme. Objectif : partager  les expériences et offrir des  recettes sur la question de l’autonomisation avec des groupements et associations de femmes.

 

A cette tribune, Koutouan Félicité, directrice de la promotion et de l'autonomisation de la Femme a saisi cette occasion pour partager  avec l’assistance,  toutes les initiatives impulsées  par la Ministre Mariatou Koné  dans le cadre de l’autonomisation  de la femme particulièrement celle issue du milieu rural. Ces initiatives sont  entre autres, la redynamisation du   fonds femme et développement doté d’un budget de 500 millions de Francs CFA, le projet AVEC (Association Villageoise d'Epargne et de Crédits) mis en œuvre par les centres sociaux et structures de base, les Institutions  de Formation et d'Education Féminine (IFEF) repartis sur le territoire national qui bénéficient désormais de maisons digitales en leur sein relativement au programme d’inclusion numérique mis en place par la Ministre Mariatou KONE ainsi que plusieurs autres actions de grande envergure.

 

Aussi faut-il le rappeler, la grande ‘’messe’’ annuelle consacrée  à la femme intervient dans un contexte national marqué par un environnement favorable à la promotion de la femme. Celles-ci constituées en groupements d’intérêts économiques luttent pour leur autonomisation dans le milieu rural à travers des activités génératrices de revenus.

 

La célébration de la Journée Internationale de la Femme (JIF) faut-il le savoir a été instituée par les Nations Unies en 1977 offre chaque année aux Etats l’occasion de faire le suivi des avancées en matière des droits des femmes pour leur pleine participation à la vie de l’humanité. Dans cette dynamique mondiale, le thème retenu est : « Problèmes à régler et possibilités à exploiter pour parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural ».

 

 

 

Publié dans Actualité